Rechercher
  • One Sina

Je vous en prie sincèrement

As-tu souvent, ou rien qu’un jour un cœur qui aimerait s’effacer ? Comme il donne tout, et comme ce qu’on lui rend est moindre, est-ce une réalité ? Le mien se plaît à des joies subjectives qui se renversent toujours en peines bien plus certaines. Cette porcelaine d’Antiquité que par accident, paraissait-il, on a renversé de son étagère ancienne. Alors ce cœur fut exposé toujours plus haut comme par sécurité, et, dont la portée n’est revenue qu’aux vaillants à l’image confiante. Et du bout des doigts, dans une de ses minutes distraites, ces quelques mains ont su l’effleurer, ces impatientes !

Mais ces mains dont les jambes étaient tenues sur leurs pointes pour l’atteindre de son sommet, ont fait tombé ce cœur, fois après fois. Et qui désire un cœur aussi défait de son neuf et qui laisse croire qu’encore, il tombera ?

Prenez ce cœur aux ambitions trop grandes !

Regrettez-le si un jour il n’est plus à prendre !

Puis-je vous demander de ne pas l’approcher si vous n’avez le projet de changer son chagrin pour de vrai ? Ce cœur que l’on rend aux abîmes et abîmé bien avant toute tendresse, il ne connait que ce qui apporte larmes et désordre répété. À la vue d’autres qui brillaient, ce cœur a manqué de chance. Et il se brise à chaque fois que j’y pense. En me retrouvant en pleine conscience, j’ai cru entendre depuis sa cage sous mes poumons qu’il demeurait sans cesse brisé à ce point. Seulement parfois, quelques nouvelles font sourire et quelques noms s’habillent comme d’intéressantes abstractions, et alors je pourrais admettre que tout va bien.

Cependant la vérité est celle que j’ai cherché à éviter car je savais qu’elle m’irriterait. Qui mériterait l’irréversibilité de ces bleus au cœur dont on ne peut pas tirer la moindre beauté ? Qui voudrait surtout, de ces bâteaux qui coulent sur des joues, voués au naufrage dans des yeux qui se cassent ? Et que si une âme qui a le temps me sauver existe, je crois qu’elle se cache. Il me devient impossible d’imaginer qu’on puisse m’aimer, un jour ou de nouveau, je ne sais pas trop. J’essaye de rester impassible à la douleur car elle est trop connue désormais, je devrais m’y faire et la taire dans mes mots. J’ai mal et on a beau me dire que ça ira, mon être s’avère voué au rejet, je ne vois que de mon ombre un jouet que l’on aime tordre et déchirer à tout va. On me dit des choses qui en disent trop et qui me brise à coup de lettres déguisées. Et voilà, encore une fois on aura fait voler mes Espoirs avant de les brûler. Et je retourne dans mes soirs qui s’abattent dans mes bras à défaut d’en trouver qui me veulent du réconfort.

Je vous en prie sincèrement, cassez ce cœur de Minuit à l’Aurore si tel est son sort.

Prenez cette main et promettez lui de voltes autour des étoiles avant de la lâcher.

Allez donc n’arrêtez pas, arrachez ce cœur si vous êtes incapables de lui parler sans sans vous retenir de le gâcher.

Explosez le contre tous les sols de verre, je connais les soirs d'hiver et je sais qu'en vers je saigne moins. Hier je faisais encore tout pour guérir ce cœur mais aujourd’hui je ne veux plus en avoir besoin.




81 vues

©2019 by One sina. Designed by Virgil Caffier