Rechercher
  • One Sina

Incoupable

Ce soir, je suis coupable de t’aimer trop, encore une fois. Mais avant ce soir, ça ne blessait que moi. Trop longtemps victime de mes propres armes, je n’ai jamais voulu tuer quiconque à part. À part moi bien sûr, à chercher qui me sauverait si toi tu pars. Quand tu es parti si vite, à chercher qui aimer maintenant pour, m’assurer de savoir encore le faire. Acharnée dans mes folies et ma détresse froide; mais c’était trop tard quand j’ai vu qu’il n’y avait rien à faire. Je me suis interdite d’être n’importe où ailleurs, toi en étant si loin. Et toi quand tu reviens. Et repars si vite déjà. Ce soir, je suis coupable de t’aimer trop, encore une fois. Des coeurs m’attendaient comme j’attendais le tien. Et le mien, est encore trop sûr de n’être qu’à toi et ce, jusqu’à la fin. Mais des noms m’appelaient quand je n’entendais que le tien. Et ce soir, je blesse comme tu m’as blessée. Me suis-je trop inspirée de toi alors, jusqu’à reproduire fidèlement le mal que tu m’as fait ?

Impuissante car je n’ai pas tant choisi consciemment de t’aimer et n’aimer que toi. Mais définitevement coupable car j’ai essayé d’aimer des coeurs qui m’attendaient quand j’ai attendu le tien. Car j’ai laissé ces coeurs, et même si ce n’était qu’un moment, me faire du bien. Car j’ai cru que je t’aimerai encore et ça je le fais mais j’ai voulu les aimer aussi; et je m’en pensais capable. Mais ce soir, mon tendre aimé, je ne suis que coupable. Car des yeux, si beaux tu sais, aujourd’hui pleurent les larmes que je connais à cause des tiens. Incapable de courir dans les bras de nouveaux Amours qui me veulent pourtant tant de bien. Ces nouveaux bras auraient pu prendre mon coeur, si seulement j’avais su que faire de toi. Car quand tu reviens, tu repars si vite déjà. Mais tu reviens quand même et toujours. Et alors, je donne raison à mon coeur qui n’a pas su se laisser à d’autres Amours. Et je m’en veux tellement mais te veux tellement plus alors j’essaye de me pardonner. Mais ce soir je blesse comme tu m’as blessée. J’ai laissé des coeurs m’attendre, presque certaine de ne plus jamais te voir revenir. J’ai laissé des noms entendre que j’arriverai à les aimer, j’avais presque commencé à le leur écrire. Excusez-moi, si un jour vous le pouvez. Ces coeurs qui m’ont attendue, si j’avais su que faire de toi, voilà longtemps que je les aurais gardé.

Et si tu reviens maintenant, fais-le une dernière fois. Dernière fois, oui mais dis-moi que tu ne repars pas.

Je voulais simplement t’aimer pour toujours, impuissance avouée quand il se fait tard.

Car toi, en m’aimant un jour, indicible Espoir, tu m’as rendue coupable ce soir.


88 vues

©2019 by One sina. Designed by Virgil Caffier